Photographe

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.

Hong Kong - La révolution des parapluies ©Quentin Top

Chine, Hong Kong Les étudiants de Hong Kong et les membres du mouvement "Occupy Central" demandent plus de démocratie et d’indépendance politique par rapport à la Chine contestant une réforme politique très restrictive et antidémocratique imposée par le Parti communiste chinois. Le symbole du mouvement était le parapluie, ce qui a valu aux manifestations le surnom "Révolution des parapluies". la place Admiralty, épicentre du mouvement des parapluies qui a rassemblé jusqu'à des dizaines de milliers de manifestants concentré les militants prodémocratie qui s'opposent à la mainmise de Pékin. La police a commencé à évacuer les lieux d'occupation des manifestants pro-démocratie et démonter les barricades Pour la première fois, une vaste opération de désobéissance civile contestant les partisans du pouvoir et de l'ordre politique a vu le jour à Hong Kong et réclame une élection libre et pluraliste du chef de l'exécutif. Les étudiants demandent le retrait du projet de nouveau mode de scrutin pour l'élection du chef de l'exécutif annoncé le 31 août par Pékin et jugé antidémocratique. Les interventions brutales de la police qui a fait usage de gaz lacrymogènes ont donné lieu à des affrontements dans les rues commerçantes qui sont restées bloquées des semaines entières bloquant les banques et les écoles entraînant l’arrestation de plus de 170 personnes.