Photographe

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.

Paris - Attentats Meurtriers ©Tatif-F.Lafite-S.Muylaert-C.Bufkens-N.Mihov

Le vendredi 13 novembre 2015, 1 500 fans du groupe de rock "Eagles of Death Metal" sont réunis au Bataclan à Paris. Vers 21h30, plusieurs hommes armés ouvrent le feu aux cris d'« Allah Akbar ». Les terroristes sont arrivés par l'entrée principale en tuant un agent de sécurité à l'extérieur du bâtiment. Le public est debout, face à la scène, dos aux terroristes. Les assaillants tirent d'abord en rafale dans la foule, puis au coup par coup sur les spectateurs au sol. Alors que la prise d’otages est en cours, les forces spéciales donnent l’assaut. Trois terroristes déclenchent leur ceinture d’explosifs à l’intérieur du Bataclan, un quatrième est tué par les forces de l’ordre. Avant d’attaquer la mythique salle de concert parisienne, les terroristes ont mitraillé des passants ou des clients qui étaient attablés en terrasse rue Bichat, avenue de la République, rue de Charonne et Boulevard Beaumarchais. Trois explosions se sont également produites aux abords du Stade de France, provoquées là encore par des kamikazes, pendant un match de football entre la France et l'Allemagne. Le bilan est très lourd: au moins 128 personnes tuées, 300 blessées, dont 80 se trouvent dans une situation d'urgence absolue. Abdelhamid Abaaoud, 27 ans, le commanditaire présumé des attentats, est tué dans l'assaut des forces de l'ordre à Saint-Denis, dans un appartement où il était retranché avec des complices cinq jours plus tard. Ce sont les attentats les plus sanglants de l'histoire en France, dix mois après ceux de Charlie Hebdo.